Comme tout autre divertissement, les jeux vidéo permettent de changer d’air et d’occuper ses pensées dans une activité ludique. L’envers du décor est que les jeux vidéo vous rendent facilement accro, lorsque vous ne savez pas imposer vos propres limites. Il est d’autant plus difficile pour un adolescent de limiter ses heures de jeu lorsqu’il commence à s’y intéresser. Malgré cet effet négatif, le jeu vidéo reste un loisir au même titre que la natation ou le basket. Quels sont les points forts et les points faibles des jeux vidéo ?

Les jeux vidéo : utiles sur certains aspects

Certains adolescents deviennent dépendants au jeu vidéo et cela devient un mauvais pub pour ce divertissement. En effet, les jeux vidéo proposent quand même des points positifs à savoir l’amusement procuré par les différentes interactions dans le jeu, le travail d’équipe lorsque le jeu permet de jouer à plusieurs et l’accès à la technologie, c’est-à-dire que le jeu vidéo facilite la maîtrise des nouveautés apportées dans le monde numérique.

Les jeux vidéo ont aussi de mauvais côtés

Ce qui est difficile dans le maniement des jeux vidéo, c’est de savoir dire et non et de mettre une certaine limite aux heures de jeu. Lorsque la consommation commence à devenir excessive, l’adolescent devient dépendant. Non seulement, les heures qu’il passe à stationner devant l’écran nuisent à son acuité visuelle, mais il peut également présenter des troubles de concentration lorsqu’il est en cours. Le jeu vidéo est la cause de certains décrochages scolaires et l’isolement des adolescents au monde extérieur.

Comment y remédier

Il vaut mieux prévenir que de guérir, ne laissez jamais votre adolescent plus d’une heure devant sa console de jeu. Si vous commencez à ressentir une certaine dépendance, essayez de retenir son attention vers d’autres activités qui pourraient aussi l’intéresser. Jusqu’à l’âge de 18 ans, vous pourrez encore imposer votre autorité et d’éradiquer ce divertissement, si vraiment le jeu vidéo devient nocif pour votre enfant.

Ils ont aimé cet article... Vous avez déjà aimé trop d'articles.